La météorite de Chicxulub qui a exterminé les dinosaures aurait provoqué un tsunami



Des ondes de choc et des tremblements de terre, de gigantesques incendies, des éruptions exceptionnelles ainsi qu’un épais nuage de suies et de poussières obscurcissant le ciel et bloquant les rayons du Soleil pendant des années…

La météorite de Chicxulub, qui s’est écrasée sur Terre il y a 66 millions d’années dans l’actuelle péninsule du Yucatan, au sud-est du Mexique, a engendré des conditions dantesques provoquant l’extinction de 50 à 75% des espèces vivantes, dont les non aviaires.

Simulation d’un astéroide heurtant la terre et les océans proquant un tsunami

Ce qu’on ne savait pas, en revanche, ce que cet impact aurait provoqué un avec une première vague avoisinant… 1,5 kilomètre de haut !

« A notre connaissance, nous sommes les premiers à avoir modélisé le tsunami de façon globale, depuis l’impact jusqu’aux dernières ondes qui se sont propagées », a précisé Molly Range, chercheuse à l’université du Michigan (Etats-Unis).

Les dix premières minutes après l’impact de la météorite

Lorsque la météorite de 14 km de diamètre a percuté les eaux côtières peu profondes, elle a créé un cratère de plus d’un kilomètre de profondeur.

Le souffle a été si puissant que ce dernier été complètement asséché pendant quelques instants. Mais l’eau s’est précipitée ensuite à l’intérieur du cratère, avant d’en ressortir sous la forme d’une colossale » vague d’effondrement « .

Tous les océans de la planète

Un second modèle a permis de simuler les effets à plus long terme. Il montre que de nouvelles séries de vagues allant jusqu’à 100 mètres de hauteur et se propageant à la vitesse de 140 km/h ont déferlé dans le Golfe du Mexique.

Mais en passant notamment par la bande de terre qui sépare l’ et l’Amérique du Sud, la houle atteint en moins de 24 heures tous les océans de la planète, déplaçant d’immenses quantités de sédiments et provoquant des phénomènes d’érosion ainsi que des murs d’eau de quelques mètres à plusieurs dizaines de mètres dans l’Atlantique Nord ou le Pacifique Sud.

Selon les calculs des chercheurs, ce tsunami aurait véhiculé, pendant les sept premières heures suivant l’impact, jusqu’à 29.000 fois plus d’énergie que celui qui a ravagé l’Indonésie en 2004, occasionnant alors près de 230.000 morts.

Qu'est-ce que la moldavite?